Press "Enter" to skip to content

Complotisme : le symptôme d’une dépossession

Last updated on 14 mars 2021


«En voir partout ; n’en voir nulle part : en matière de complot, la discussion évite rarement l’un de ces deux écueils symétriques.»
Nous vous proposons aujourd’hui un article du Monde diplomatique qui aborde la question du complotisme sous un angle qui nous paraît essentiel : quelles causes légitimes se trouvent derrière son apparition dans nos sociétés ?

Au travers de cet article nous explorons les aspects humains de l’émergence des théories du complot et découvrons qu’elles sont avant tout les conséquences de la privation par les élites de la liberté et capacité du peuple de juger, de décider et d’influer sur le cours des choses.

«[…] Au lieu de voir en lui [le complotisme] un délire sans cause, ou plutôt sans autre cause que l’essence arriérée de la plèbe, on pourrait y voir l’effet, sans doute aberrant, mais assez prévisible, d’une population qui ne désarme pas de comprendre ce qu’il lui arrive, mais s’en voit systématiquement refuser les moyens : accès à l’information, transparence des agendas politiques, débats publics approfondis (entendre : autre chose que les indigentes bouillies servies sous ce nom par les médias de masse).»

Il pourrait être normal face à cette accumulation opaque de mesures liberticides que l’humain cherche à reprendre le contrôle.

«Aussi est-il de la dernière ineptie de reprocher au peuple ses errements de pensée, quand on a si méthodiquement organisé sa privation de tout instrument de pensée et sa relégation hors de toute activité de pensée.»

Comme l’explique Lordon, un autre traitement médiatique est nécessaire pour à la fois éviter les formes de complotisme les plus extrêmes tout en reconnaissant les dominations produites par le capitalisme. Comme nous le développions dans notre précédent article, ces dominations émergent en bonne partie de l’organisation sociale (travail, propriété, patriarcat, etc…), néanmoins elle vient aussi de choix conscients et délibérés de la part des pouvoirs (comme l’explique Bon Pote dans son article)

En somme, prendre le meilleur des complots pour en laisser le pire.


Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *